FRMK blog - Almanak FRMK - Adh�rer

Pornographie d’une ville (Lettres au maire de V., vol.3)

Alex Barbier

40 pages — 21 × 26,5 cm
quadrichromie — couverture souple
collection Amphigouri

ISBN 9782350650081
14 €

Postface au communiqué de presse par Alex Barbier

Voilà. Je vais vous expliquer. Je suis très paresseux. Quand j’étais à l’école primaire, j’étais un petit garçon bien sage, qui savait toujours bien ses leçons. J’étais toujours premier. Et puis, brutalement, en entrant dans la « grande » école, je suis devenu un cancre : trop de profs, trop de monde, trop de matières, trop de tout… Il fallait être bon en tout. Et il y avait ce petit merdeux descendu de sa montagne qui ETAIT bon en tout… Et cet autre, un grand merdeux, qui ETAIT toujours premier. En tout. Trop, c’était trop. J’ai commencé à me dire : J’ETAIS EXCELLENT EN DESSIN ! JE VEUX DIRE : J’ETAIS LE MEILLEUR DE LA VILLE EN DESSIN ! Aucun de ces imbéciles de professeurs ne m’arrivait à la cheville DANS CETTE PUTAIN DE VILLE ! Eh bien ! Un jour, cet idiot de prof de dessin qui avait un grand nez, a demandé qu’on lui dessinât une PLUME ! Eh bien ! C’est pe-tit-mer-deux-des-cen-du-de-sa-mon-ta-gne qui était bon en latin, en math, en français, en géographie, en histoire, en physique, QUI A EU LA MEILLEURE NOTE ! Et la deuxième meilleure note, c’est grand-mer-deux-qui-é-tait-tou-jours-pre-mier qui l’eu ! Alors, je me suis dit : « A quoi bon ? » Petit merdeux descendu de sa montagne est dentiste aujourd’hui… Grand merdeux est derrière un guichet…

Ce genre d’expérience vous permet de relativiser, moi je trouve…

C’est pour ça, que je suis un marginal. Dans la BD et dans le monde. Et vous savez quoi ? ÇA ME PLAIT ! Tout le monde conduit une voiture : PAS MOI ! Mais je me déplace quand même. Tout le monde a un téléphone portable : PAS MOI ! Mais je parle quand même. Tout le monde a un ordinateur : MOI AUSSI ! Mais j’ai aussi un stylo. Tous les dessinateurs de BD publient un album par an, dans mon pays, car ils ont peur qu’on les oublie (ils n’ont pas toujours tort) : PAS MOI ! Je suis inoubliable. La preuve : TOUS LES JOURS JE PENSE A MOI ! Tous les dessinateurs essaient d’être le plus lisible possible, le plus « clair » possible (de la « ligne claire ») : PAS MOI ! Je pense que dans une œuvre d’art quelle qu’elle soit, il doit y avoir de l’obscurité. Parce que le monde dans lequel nous vivons est comme ça : brouillé. C’est pourquoi j’ai inventé une école de bandes dessinées dont je suis le SEUL MEMBRE, et qui s’appelle LA LIGNE BROUILLEE ! ET voilà ! Ah ! Mais !

Je parle toujours de moi, dans mes BD. Si j’emploie cette forme épistolaire si étrange, c’est POUR QUE CA NE SE VOIT PAS TROP ! 

Tous les ans, au printemps, je m’en vais à St-Claude, dans les montagnes du Jura. Je reste là quatre mois. Tous les ans. Si je ne pouvais pas y aller, je mourrais. Je vais là pour travailler la BD, car pour cela, il me faut être vraiment seul. Cet appartement a appartenu autrefois à mon grand-père. Il était fabricant de pipes. A St-Claude TOUT LE MONDE était fabricant de pipes. Dans le grenier de cette maison, il y a encore deux tonnes de pipes. Et dans son vieux bureau, j’ai trouvé des registres de comptes, entoilés de noir, très beaux, très anciens, dont l’un était vierge. C’est sur ce registre que j’écris, que je prends des notes pour mes bandes… Que je mets les textes définitifs… C’est pourquoi ma pratique de la BD est de l’ordre du « registre »…

- Mais comment faites-vous pour rester seul pendant quatre mois ? SANS VOIR -PERSONNE !

- Oh ! Mon Dieu !

- Ca ne vous manque donc pas, de ne pas voir des GENS ?

- Oh ! Seigneur !

- Moi, je deviendrais FOU !

- OOOOOH ! MOI AUSSIIII ! Je chante sous la douche, et parfois même QUAND JE NE SUIS PAS SOUS LA DOUCHE ! Je m’endors DEVANT LA TELE ! Je me lève à cinq heures du matin ! POUR LIRE !

- Je… Eh bien ! Je cr…crois qu’il est temps de nous quitter, ahem ! Pas vrai ? Je… Je vais vous laisser travailler… Eh bien ! Heu… Au revoir !